Rogue Trader "Vanquisher"

La maison de poussières et de cendres,Vente aux enchères sur Solomon

Alors que nous étions dans le secteur Calixis pour essayer de gérer nos nouveaux échanges, nous avons reçu une invitation que nous ne pouvions pas refuser. A la demande de l’Inquisiteur Gromberg, nous étions convié à aller su Solomon, séance tenante, afin de nous mettre au service de l’inquisiteur Marr.

Arrivés sur place, nous avons été accueillis par Lorelei, une acolyte de l’inquisiteur Gromberg avec qui nous avions déjà travaillé.
Ce qu’elle nous avait laissé entendre de l’inquisiteur Marr était assez proche de la réalité : un homme inquiétant. Son briefing (dans la pièces XIII du palais de la cour de la chancellerie) fut rapide, efficace et diablement intriguant : une vente aux enchère va avoir lieu. Cette vente concernera des biens appartenant à Erasmus Haarlock, décendant de la celebre et sombre lignée de Libres-Marchands.
La vente aura lieu sur Solomon dans un genre de temple pour les morts, la maison de poussi-res et de cendres, et il y a tout lieu de croire que des personnes mal intentionnée selon les critères de l’Inquisition seront présentes.
Rien de ce qui nous a été dit ne permettait de savoir pourquoi l’Inquisiteur Gromberg nous avait détaché nous, si ce n’est que les Acolytes de Marr étaient trop occupés ailleurs…une excuse bien maigre à mon avis.

Préférant décliner la proposition de couverture, je demandais à Marr sont allégeance envers un des trois Ordos…sa réponse fut laconique : « doit-on appartenir obligatoirement à un des trois Ordos ? »…
Munis de quelques informations sur la lignée de Haarlock et de détails concernant leur précieuse Lettre de Marque, nous sommes partis pour la vente aux enchères à bord d’un navire volant, le « Signant Martyr ».

A bord de ce Zeppelin d’acier, nous avons fait la connaissance de plusieurs « concurrents » :
- Octavia NILE : représentant d’un conglomérat de marchand.
- Le père Tamas de Shade : un prètre bouffit et particulièrement incompétent (un bon client potentiel)
- Vimer et Kill : des chasseurs de prime avec un accent étrange.
- Lanus Cisten: un jeune homme vantard et fortuné.

Bien que préparés au pire, nous avons été surpris de nous faire attaquer en plein voyage par des pirates locaux.

View
L'appel des Etendues

818eme année du 41eme millénaire.

Prologue

Après plus de trois mois de réparation sur dans l’Hécatombe, nous avons ramené le VANQUISHER à Opus Macharius, un monde forge situé dans les marches de Drusus.

Avec l’appuie de la sainte Inquisition et de l’Adeptus Mechanicus, le VANQUISHER est rapidement remis sur pied. Comme je m’y attendait, l’attribution du VANQUISHER et de la Lettre de Marque, ainsi que les réparations effectuées à grand frais ont un cout. L’inquisition désire que nous demeurions, Gaspard, Magnus et moi, Interrogateurs de l’inquisition, gardant sur nous sont autorité et faisant du VANQUISHER un navire “affilié” de manière non officiel. le Mechanicus, lui, attends de nous que nous lui livrions les artefacts technologique que nous ne manquerons pas de rechercher pour lui au court de nos expéditions. Le pris à payer pour le VANQUISHERsemble honnête, mais l’Inquisition et le Mechanicus ne manquerons pas de me rappeler mes obligations à leur égard et je crains que le prix s’avère très cher par le suite.

Mais pour l’heure, tout est pour le mieux. L’équipage recruté semble sérieux et les officiers semblent plus que motivés à agir au mieux de leur compétences. L’Adeptus Mechanicus a détaché Gaspard pour être à bord du navire. Sans doute est-il sensé veiller aux intérêts du Mechanicus à bord et veiller à ce que je paie ma dette, mais cela ne pouvait pas me faire plus plaisir: je sais qu’il veillera sur mes intérêts autant que sur ceux du Mechanicus.

J’ai décidé de nommer Macharius Prime second. Il me semble un homme de poigne et ne rechigne pas à faire usage de la force si nécessaire. Dur avec les hommes, il n’est pas impitoyable et saura impressionner les hommes d’équipage.

Pour l’instant, seul Magnus n’a aucun titre. Bien qu’officiellement officier et membre du cercle intérieur, il n’a aucune autre forme d’autorité: son comportement irrespectueux et “ailleurs” pourrait poser des difficultés s’il devait avoir des responsabilités à bord. Cependant, il s’est révélé utile et impliqué dans la récupération du VANQUISHER. Sans doute dois-je gagner son respect en tant que Capitaine. Tant qu’il ne fait pas état de ses doutes me concernant aux autres officiers non-membres du cercle intérieur, il aura sa place à bord.

une nouvelle entreprise.

Tobias, notre sénéchal et officier en 3eme, nous a informé qu’une de ses sources lui avait envoyé un message des plus intéressant. D’après cette source, une divination va avoir lieu dans la station orbitale Castel. Cette divination devrait permettre à celui qui en aura connaissance d’avoir les informations nécessaire à la découverte d’un planète sensée renfermer un fabuleux trésor: la “perle Funeste”. Bien que nous fier à un divination semble pour le moins hasardeux, je fais confiance à notre sénéchal pour nous trouver des filons exploitables et les divination en provenance de Castel ont déjà fait la fortune de plusieurs libres-marchands.
Réuni en conseil restreint, les officiers prennent connaissance de notre prochain départ pour Castel, sans véritablement remettre en question cette décision.

Castel

Station spatiale située dans le Chaudron aux portes des étendues de Koronus, Castel est une station qui s’est construite au fil des siècles en dehors de l’autorité de l’Imperium. Construite et reconstruite au court des siècles elle est protégée par des boucliers qui ne la rendent pas imprenable par un armada bien équipée.
Crée en 410 du 41eme millénaire par Parcimus DEWAIN (Un libre-Marchand), elle est éclairée chichement par Furibundus, son étoile. Peu civilisée, Castel est régie par le loi du plus fort et est actuellement sous l’autorité de Tantus MOROS, son Seigneur Lige.
Moros semble devoir son assise sur Castel par l’accord de multiples factions puissantes sur la stations au titre desquelles se trouve:
- Les drusiniens: farouches partisants de St DRUSUS qui pense que la croisade n’est pas terminée.
- Le droit chemin: groupe d’hérétiques
- les Lames Astrales: groupe d’assassin.
- les tuteurs: groupe de cybernéticiens.

Sur place.

Nous décidons que la stations étant relativement dangereuse, seul un petit groupe pourra aller prendre des renseignements sur la divination. le Sénéchal débarque aussi avec un petit contingent d’hommes afin de glaner des renseignements.

Gaspard, Macharius, Magnus et moi décidons de nous rendre dans le cœur de castel afin de savoir comment prendre connaissance de la divination et quand elle va avoir lieu.
Sur les Docks, nous sommes abordés par des Xenos, d’apparence féroce, qui nous propose d’acheter leur protection. Nous refusons poliment mais fermement devant l’insistance menaçante des ces Xenos d’origine inconnue.
Après quelques cent mètres, nous somme une fois de plus abordés par un groupe d’hommes, habillés de vieux uniformes de la marine impériale. il disent être de l’Administratum Oecumenica Impérialis. Pensant à une escroquerie, nous refusons de les suivre ou de leur payer la taxe de 10.000 trones gelt. Après quelques explications tendues, nous comprenons que ce sont des agents du seigneur local et leur promettons de nous acquitter de la taxe avant notre départ.

Nous arrêtant dans l’échoppe d’un prétendue devineresse, nous apprenons quelques éléments intéressants:
- les oracles sont au nombre de 7.
- ils demeurent à l’Emporial d’Obsidienne.
- leurs gardiens sont des brutes violentes et bien entrainées.
- Ils vendent aux enchères leurs prophéties. Cependant, ils ne sont pas très intéressés par l’argent: il nous faudra donc trouver quelque chose qui les intéressera…

Nous nous rendons donc à L’emporial d’Obsidienne afin de savoir quand à lieu la vente. Sur la route, nous sommes abordés par un servo-crane qui nous porte l’invitation du seigneur MOROS à un repas dans son palais. Nous acceptons cette invitation. Arrivés à L’emporial, nous comprenons qu’il s’agit en fait d’un forteresse et Les Gardiens, qui s’avèrent être des brutes de bonne taille, ne nous laissent as entrer et nous indiquent que si nous ne savons pas quand à lieu la vente, c’est que nous n’y sommes pas conviés. Il nous faudra donc apprendre quand aura lieu la vente aux enchère si nous voulons y participer.

Sur le retour, les soupçons de Macharius se confirment: nous sommes suivis par ce qui nous semble pouvoir être un Xenos, probablement un Eldar.

En chemin, nous croisons la route, sans lui adresser la parole, de Lady Sun Lee et de sa Court. Maitresse de la maison Ma’Kao (dont la fortune comprend un douzaine de mondes agricoles et une dizaine de navires) est venue avec le “Nibon Too”.

De retour au Vanquisher, le Sénéchal nous donne plusieurs informations sur les Libres-Marchands présents dans la station:
- Abel Gerrit, de la maison Arcadius et capitaine du croiseur léger le “Maxim’s Gambit”.
- Charlabelle Armelan, capitaine du croiseur léger le “Grace of Sopha”, dont la famille est en faillite suite à une guerre menée contre des orcs.
- L’amiral BASTILLE le 7eme, capitaine du croiseur lourd “le colossus”, ancien de la marine impériale.
- par ailleurs, il semble que certains pirtaes Eldars aient été remarqués: les “épées du crépuscule” appartenant au vaisseau monde KAELOR.

Le Bal de Moros

Courtoisement invités par le Seigneur Moros, nous nous sommes préparés en enfilant nos plus beaux atours (aux couleur or et noir), et sommes partis accompagnés d’une douzaine de fusiliers pour nous escorter. L’accueil, tenu par des racailles de la pire espèce mais heureusement mal equipés, n’annonçait rien de bon, mais c’est avec stupeur que nous sommes entrés dans un Palais d’une architecture complexe et fine qui avait du être construit pour un homme de gout, il y avait longtemps de cela. La magnificence du Palais de Moros contrastait grandement avec son entretien: crasseux et délabré, la Palais n’était que le reflet de la dégénérescence de l’actuel seigneur de Castel.

Dans un atrium vouté de panneaux translucides, sous un plafond éclairé par les astres, les invités du Seigneur se pressaient autour des rafraichissement et des plats offert par notre hôte. Les gouts douteux de Moros laissait sur leur faim la plupart des invités et seuls quelques courageux, mais idiots, se risquèrent à tenter de gouter les anguilles du Warp profond nappé d’une sauce à l’origine tout aussi “exotique”. D’autres plats du même gout étaient aussi proposés, mais rares étaient ceux qui en demandèrent le nom.

Mis à part l’élite de Castel, composée essentiellement d’une noblesse qui n’en a que le nom, d’autres personnes plus intéressantes avaient été invités aux festivités:
- Calcus Calinicus: membre des naco-trafiquants, avec lequel j’ai pris rendez-vous pour évoquer un éventuel marché.
- Le Proviseur: Renégat du Mechanicus et chef des Tuteurs (esclavagistes).
-Sigmund Molokt: membre du catel Casbalika (commerçants d’objets Xenos), qui me propose d’écouler les éventuelles futures marchandises.
- Hadarak Fel
- Jeremiah Blitz

Pendant que mes compagnons éprouvent leur courage en goutants aux plats proposés, s’attirant par là-même l’admiration de tous et mon inquiétude à les voir risquer leur vie pour impressionner la galerie, j’allais me présenter aux Rogue Traders présents. Charlabelle Armelan m’offrit un accueille agréable, sans aucun doute sa conversation avec Macharius l’avait mise dans de bonnes dispositions. Les présentations à Lady Sun Lee et à Abel Gerrit furent courtoises mais teintés de cette rivalité entre Rogue Traders. L’amiral Bastille le 7eme fut de tous le moins enclin à la conversation, si courtoise fut-elle, et ne put s’empêcher de me remettre à ma place, sans pour autant froisser mon égo. Bref, beaucoup de rencontre, mais peu d’informations pour ma part. heureusement, mon cercle intérieur avait été plus doué que moi et leur habilité à trouver des informations nous donna un sacré coup de pouce: nous savions quand aurait lieu les enchères pour acheter notre place à la prédiction.

Pour clore la soirée, je proposait à Charlabelle de lui faire les honneur de notre vaisseau et grand bien me prit, car lorsque nous sommes sortis, un gang de racailles nous attendait. Mais devant notre escorte de fusiliers, doublées par l’escorte de Charlabelle, les malandrins n’osèrent rien tenter. C’est dans l’intimité de mes appartements privés, loin de nos conseillers les plus proches que Charlabelleet moi nous ouvrirent l’un à l’autre sur nos intention de mise pour l’enchère, passant en même temps un accord pour sceller notre “amitié”: si l’un de nous arrivait à acquérir sa place et que l’autre non, le chanceux partagerait ses informations avec le malheureux. Nous nous quittâmes sur cet accord, mais la tentation était bien grande d’essayer d’obtenir plus de cette très belle femme.

L’enchère.

Pressé par le temps, et sachant que Charlabelle allait proposer un trophée prélevé sur une démonette aux enchère, nous décidâmes de farfouiller dans la chambre de stase pour trouver un objet digne des enchères. Après de longues conversations, notre choix se fixa sur la Couronne maudite qui avait valu à l’ancien propriétaire du Vanquisher un fin si atroce, mais si méritée.

A l’heure du soir le lendemain de la soirée de Moros, nous étions aussi prêts que nous pouvions l’être. J’essayais d’arborer mon sourire le plus serein, mais au fond, nous savions tous que je savait pas ce que j’étais en train de faire. Bref, une fois l’accueil de lEporeal d’Obsidienne passé, nous nous sommes installé avec la masse d’enchérisseurs potentiel, patientant le démarrage des enchères. C’est un maître-priseur très étrange, affublé de cables sortant de partout qui menait la danse. Chaque enchère jugée indigne entrainait l’exclusion de l’annonceur.

Finalement, seuls 9 personnes furent invités à entendre la prophétie:
- Nous, grâce à la couronne maudite.
- Bastille, avec les coordonnée d’une 13ème stations qui n’aurait pas dû exister.
- Charlabelle, avec son Trophée prélevé sur un démonette.
- Lady Sun lee, avec une fiole de truc étrange et surement très rare.
- Krawkin Feckward , libre marchand, avec 10 000 esclaves aveugles.
- Abel Gerrit, avec un Palais.
- Hadarak Fel, avec une lune.
- Le Baron Djanko Fléau , libre marchand, avec une confrérie.
- Jeremiah Blitz libre marchand, avec une momie.

Une fois nos propositions vérifiées, on nous donna rendez-vous dans un lieu précis à une heure précise dans Castel pour entendre la prophétie. Il était impératif que nous amenions ce que nous avions promis. A l’heure et au lieu dit, munis de notre couronne, dans le coin le plus sordide de cette maudite station, avancant à l’aveugle dans l’obscurité la plus totale, nos nerfs furent mis à rude épreuve et sans le soutien de notre Psycker, je pense que j’aurais fuit à toutes jambes…

C’est donc au terme de ces minutes éprouvantes que nous fûmes accueillis dans un pièce, rassemblés avec les autres Rogue Traders, dans laquelle se trouvait 7 silhouettes attablées. Un impression d’étrangeté émanait des médium, impression décuplée par leur apparence et leur manière de parler. Après des mots de bienvenu pour le moins inquiétants, et après avoir reçu nos offrandes, les 7 se mirent à marmonner en harmonie. Je ne pourrais jamais, je pense, expliquer ce qui se passa vraiment ensuite mais l’ensemble des témoins de cette scène tomba dans un sorte de transe révélatrice. Pris dans un tourbillon de sensation, nous avons eu une vision de l’espace, mouvante mais dans un même temps suffisamment fixe pour être localisé. A notre réveil, la localisation de la perle funeste était gravé dans nos esprits, aussi surement qu’un de nos propre souvenir…de même que l’envie de la trouvait était devenu plus forte que jamais: la perle nous attendait quelque-part dans les étendues de Koronus, attendant que la tempête warp qui la maintien hors de notre portée se lève.

Départ de Castel.

Fort des informations obtenues à un pris élevé, nous nous précipitâmes vers notre navire afin de procéder aux manœuvres de départ. Pressés par le temps, nous négligeons de payer la taxe à l’administratum oecumenica impérialis. Cet “oubli” nous vaut d’être pris pour cibles par les macro-batteries de Castel. Heureusement nous ne subissons aucun dommage et prenons le large afin d’avoir un peu de tranquillité. Après avoir donné les instruction pour rejoindre le point de saut dans le warp, nous nous réunissons en petit comité avec Cain Jacobain, notre navigateur. Sans les coordonnées exactes de la Perle Funeste, nous pensions notre entreprise impossible, mais en discutant avec Cain, nous apprenons qu’il existe un rituel pour extraire de nos esprits les visions de l’espace que nous avions eu durant la prophétie et que ces visions pourraient suffire à donner un itinéraire à Cain.

Réunis autour de Cain, les mains jointes, nous nous sommes laissé emportés par le rituel d’astrogation mené par Cain. C’était la première fois pour chacun d’entre nous que nous voyions le warp tel qu’il est perçu par Cain. Pour ma part, ces visions d’un espace froid, éthéré, superbe et menaçant me confortent dans l’idée que les navigateurs sont des gens à part, voir même hors de l’humanité.

A l’issu du rituel, Cain avait sa direction: il lui suffisait de préparer son plan de vol et nous serions partis pour un bon mois de voyage. Pendant que Cain préparait notre itinéraire, notre auspex nous annonça qu’un navire présentant un signal impérial se faisait tirer dessus par un objet inconnu et invisible à l’auspex. Nous approchant, nous nous redîmes compte qu’il s’agissait du Grace of Sopha, le navire de Charlabelle. Elle était dans un mauvaise posture, et nous pria d’intervenir, promettant de payer sa dette dans un proche avenir. Notre manœuvre pour contourner son navire nous donna le temps nécessaire pour repérer son agresseur: un navire Eldar qui par l’Empereur sait qu’elle sorcellerie s’éclipsait, le rendant difficile à tirer. Après un court échange de macro-batteries, les Eldars prirent la fuite.

Le saut Warp ne dura finalement qu’une douzaine de jours, grâce au talent de Cain, mais durant ce temps, un mutinerie éclata dans les compartiment du réacteur à Plasma, menée par un certain Krooker. Peu habitué à régler ce genre de choses, et peu enclin à faire respecter l’ordre en règle générale, mon équipage a pris la pleine mesure de mon état de capitaine sans expérience. L’incident s’est fini en un bain de sang: 50 morts chez les mutins, 12 chez les fusiliers. Heureusement, le techno-prêtre pris en otage n’avait été que légèrement blessé. Cette malheureuse aventure me laisse un gout amère. Mon équipage n’a qu’une confiance très relative dans ma capacité à assurer leur survie dans les étendues de Koronus, et mon manque d’expérience n’a rien pour les rassurer. Malgré le soutien de mes conseillers, je sens bien qu’eux aussi souffrent de mes indécisions. Il me faudra remédier rapidement à deux choses: le morale de mon équipage, et gagner le respect de mes officiers…

Quppa Psy 12

Arrivés dans la zone spatial correspondant aux indications que nous avions confiés à Cain, le vanquisher effectua ses manoeuvres d’approche de la seule planete de ce systeme solaire. Alors que nous nous pensions seuls dans cette zone, les detectaugures de l’appareil détectèrent la présence d’une caravane de vaisseaux. l’étrange caravane, composée de vaisseaux impériaux et non-impériaux répondit à nos tentatives de communication. Nous découvrîmes avec stupeur et un peu de crainte que ces nomades de l’espace était des xenos (Stryxis). Commerçants, ils nous invitèrent à bord pour voir leur marchandises. Bien que non intéressés par ce qu’ils avaient à vendre, nous sommes revenu avec quels informations: les stryxis avaient pour ennemis les Eldars et ces derniers avez habité Quppa psy 12 des siècles avant notre arrivé mais avez abandonné la planete il y a bien longtemps.
Ces nomades avaient partiellement raison, car avant même d’être de retour sur le Vanquisher, un vaisseau Eldar apparut de nul part et approcha de la planète. Convaincu que la prsence des Eldars devait avoir quelquechose en lien avec la perle funeste, nous primes la décision de débarquer aussi vite que possible.

Les tempêtes de la planète rendaient notre descente dangereuse, mais grâce à un de nos pilote particulièrement doué, nous avons atterris à quelques kilomètres de la zone dont émanait une résonance psychique qui avait été détectée par Magnus. Une fois au sol, et après avoir affronté un comité d’accueil composé de frelon géants (et mortels), de nuées d’insectes écarlates et autres dangerosités xenos, nous nous dirigeâmes vers le centre de la résonance psychique: un construction Eldar faite de moelle spectrale.

Quppa 13

Conduits par Magnus, nous nous sommes approchés de la construction pour nous faire un idée de ce à quoi nous étions confrontés, mais ce fut pour nous apercevoir que nous n’étions pas seuls. D’une part, Charlabelle vint nous rejoindre et profitant de mes bonne graces, se joint à nous. d’un atre coté, Krawkin Feckward et son équipe avaient aussi débarqués. Ils tirèrent à vue sur nous, et dans l’échange sanglant qui suivi, Macharius démontra définitivement son habilité en abattant Krawkin d’une balle qui lui arracha la jambe, mettant fin à sa navrante existence.
A peine remis de cette altercation, nous nous rendîmes compte que quelquechose se passait là-haut, au sommet de la construction eldar: un rituel semblait se perpétrer afin de translater la construction dans le Warp (analyse de Magnus).

Quppa 15

C’est aussi à ce moment que nous croisâmes la route de l’Amiral Bastille. Après un moment de tension et quelques échanges de tirs dus à la seule désobéissance de Magnus (ce qui couta la vie à 3 de nos fusiliers), nous sommes parvenus à une trêves avec l’Amiral, le temps de tuer les Xenos.
Bien qu’au nombre de 7, les Xenos étaient protégés par un champs de chaleur qui déviait nos tirs et nous empêchaient de les approcher. le combat fut long, douloureux, sanglant.
Magnus et Gaspard ne doivent leur vie qu’à l’intervention courageuse de Charlabelle qui s’avança pour affronter un des Xenos avant qu’ils ne tue mes 2 compagnons qui gisaient inconscient au pied de leur ennemi.
Le combat terminé, nous eûmes juste assez de temps pour découvrir un carte stellaire gravée sur le sol du sommet de la construction, prendre quelques pixs, avant de nous faire chassés par l’Amiral et son armée….

Entre cette nouvelle carte, et une vision que nous avions eu au moment de grimper au sommet de la construction Eldar, nous avons pu déterminer que 5 destinations s’offraient à nous afin de connaitre l’emplacement de la Perle Funeste. Il nous faudrait visiter ces 5 sites pour connaitre notre dernière destination. Armés de patience et forts de nos premiers succès dans cette entreprise, nous gagnâmes la zone de saut Warp…

Zayth

Guidés par la vision de la rune elfique (représentant probablement la perle funeste) brisée en 5 morceaux (représentant probablement les pièces d’un puzzle qu’il faut reconstituer pour connaitre la localisation de la Perle), nos avons sauté dans le Warp aussi vite que possible, sachant qu’au moins 3 de nos concurrents avaient eu accès aux mêmes informations.

A la sortie du Warp (qui reserve toujours des surprises), nous sommes arrivés à proximité d’un planète quasiment morte: pas d’océan, pas de lacs, pas de foret….juste un désert sans fin, taché de plaques de radioactivité. Su cette planète hostile, l’humanité avait tout de même réussi le tour de force de survivre: une vingtaine de cités ruches se dressaient sur la planète. Notre surprise fut au compte quand nous nous sommes aperçus que ces cités bougeaient grâce à d’énormes mécanismes.

Une fois de plus, Magnus nous guida vers une zone ou nous trouvâmes des ruines de carte stellaire eldar, semblables dans leur forme (mais pas en taille) à celles que nous avions trouvé sur Quppa Psi 12. La partialité de cette carte nous confirma que plusieurs cartes devaient être assemblées pour donner la localisation de la perle.

Non loin de ces ruines, il y avait un thunderhawk écrasé. Ayant un peu de temps devant nous, nous avons décidé de jeter un oeil, juste au cas ou…
Dans la cabine, les pilote étaient morts. Le plus intéressant était leur passager: un membre de l’Adeptus Mechanicus, a priori. La lecture de sa tablette de données nous révéla cependant que l’individu était en réalité un Héretech qui avait perdu la vie en essayant d’accomplir une mission pour ses maîtres, des membres infiltrés aux culte de l’Omnimessi des mondes de Lathes.
Sa mission était de s’emparer des connaissances techniques de rechargement des macro-batteries des cités ruches, ainsi que de la technologie de déplacement des cités, et plus spécifiquement de leur cogitator. Pour finaliser son projet, l’Héretech avait pris contact avec une frange rebelle d’une des cités (les maîtres artilleurs), lesquels devaient livrer les secrets de leur technologie en échange d’une assistance pour leur prise de pouvoir contre les Vénérables Tacticiens (visiblement les leaders de la cité).

Après une prise de contact très protocolaire, et avec moult précaution, nous avons pris le parti de négocier avec les Vénérables Tacticiens l’obtention de ces technologies. En dénonçant les maîtres Artilleurs impliqués, nous avons pu négocier les secrets des macro-batteries, et dès la livraison des premiers Fuseurs, nous aurons accès au cogitator gérant les chenilles de la cité.
Par ailleurs, nous avons proposé d’ouvrir une ligne commerciale pour les ravitailler en eau, nourriture et autres produits de base, ce qui a été accepté avec un mélange de joie et de crainte. Pour mémoire, nous avons laissé penser que le secret de notre nourriture cryodessiccée était entre les mains de nos missionnaires, et nous avons laissé sur place un missionnaire, chargé par ailleurs de nous représenter sur la planète.

Une fois de plus, mon équipage s’est révélé à la hauteur de mes attentes: efficace, rusé et avide de faire fortune. Ma tournure d’esprit les plonge parfois dans un silence dubitatif. Il est clair qu’il nous faudra nous habituer les uns aux autres…Gaspard semble prendre son rôle de haute autorité du Mechanicus à bord du Vanquisher très au sérieux, et lors de la négociation sur Zeth, il n’a pas hésité à user de tout son poids pour faire pression sur moi et les autres membres de l’équipage. Jonah lui est fidèle, mais il semble y avoir quelques petites choses qui les séparent (comme leur rapports à la technologie Xenos). Macharius semble trouver mes méthodes d’approche et de négociation trop longues et compliquée, mais je ne pouvais en attendre moins d’un Archimilitant après tout. Magnus semble avoir accepté sa punition (plus d’accès à cette maudite épée Eldar), et donne l’apparence d’avoir compris la leçon. Le connaissant mieux qu’il ne se connait lui-même, je parie qu’il n’attends que le bon moment pour éprouver ma volonté et me faire payer ma détermination à imposer mon autorité légitime qu’il doit considérer comme de l’arrogance.

Light of Terra

En suivant les coordonnées récupérée sur Quppa Psi 12, nous voyageons à travers le Warp jusqu’à une étoile isolé.
Sans trop de difficultés, les auspex et Magnus repèrent un astéroïde, isolé, sur lequel est construit un bâtiment Eldar. Avec les précautions d’usage, nous approchons et repérons notre destination: un morceau de la carte vers la Perle Funeste.
Trop facile? Sans doutes, mais l’Empereur veille sur nous.
Alors que nous nous apprêtons à rentrer à bord du Vanquisher, un ombre gigantesque nous couvre. L’ombre est si grande qu’elle nous cache l’étoile solitaire et à contre-jour, la masse de ce qui ressemble à un vaisseau me rappelle un instant combien nous sommes petit dans l’immensité de l’univers.
Une fois la surprise passée, le vaisseau nous apparait comme un antique navire impérial, le genre de navire qu’on ne fabrique plus: un croiseur lourd d’une taille deux fois supérieur au plus gros croiseurs actuels…
Bien que largement endommagé par ses années d’érrance, je décidais de monter à bord du Light of Terra. Après une étonnante première rencontre avec un des clans vivant à bord, nous avons été amenés à l’"Oracle" qui n’était autre que le Capitaine Roth, dernier capitaine en date du Light of Terra.
La force de ce capitaine l’avait quitté, ne laissant derière elle qu’une forme engoncée dans son trone de capitaine. Le corp déseché et décharné du capitaine Roth nous proposa un deal: en échange de sa soute secrète, nous devions remettre en fonction le moteur à plasma pour lui permettre un “dernier voyage”. Sans rien lui promettre, nous nous sommes mis en route à bord pour trouver le cogitator, indispensable pour la remise en état du navire. A cette occasion, nous rencontrons un second des clans du vaisseau: un bande de mutants répugnants obéissant à une immonde créature qui avait “fusionné” avec le cogitator. Au terme d’un bataille sale et éprouvante, nous avons libéré le cogitator et sommes partis remettre en état le moteur à Plasma.
Gaspard et Jonah y ont mis du leur et ont réparé le moteur, sans oublier de couper les commandes du pont pour s’assurer que le capitaine Roth ne commettrait pas l’irréparable.
Ensuite, Macarius et moi sommes allés voir l’ombre du Capitaine Roth.
L’instant fut douloureux…D’un coté j’entendais magnus me rappeler que cet homme avait servi avec foi et honneur l’impérium, gagnant la reconnaissance éternelle de milliers des monde. De l’autre, gaspard et Jonah attendais que je “sauve” le Light of Terra pour faire revenir ce trésor dans le giron de Mars, pour leur gloire et celle du Mechanicus…
Mais ce vaisseau était celui de saint Drusus, notre saint patron…Pour moi-même, je me posais la question suivante: Que fait-on d’un signe de l’Empereur?
Ma décision était prise, mais l’émotion, la peur de ne pas faire le bon choix, tout cela mis à mal ma détermination et mon bras fut incapable d’asséner le coup mortel à Roth. Heureusement Macharius était là, fidèle à lui-même: même s’il doutais de la justesse de ma décision, il exécuta Roth proprement et rapidement.
Nous laissâmes là le light of Terra, sa cargaison et son équipage…mais nous avons récupéré le contenu de la soute secrète. Le butin fut réparti équitablement entre nous, et même Magnus pris son part, malgré sa profonde désapprobation.
Je repense parfois à Roth, et ironiquement, je me sens parfois tout aussi prisonnier. Chacun des membre du cercle intérieur attend quelque chose de moi, mais tous demandent des choses différentes. J’assume plus souvent leur frustration que leur joie, y compris lorsque l’Empereur nous envoie un signe aussi fort…bah, sur port Maw la vie était tout de même plus dur…et il est temps de prendre un petit Cigalho avec un peu d’Amasec pour faire passer le gout amère qu’à ce signe l’Empereur.

VAPORIUS

Nous destination suivante fut bien moins surprenante, mais au moins plus lucrative. Le nexus ne fut pas un véritable soucis…il y eu bien sur de l’opposition, mais rien de bien grave. Nous aurions pu repartir, mais la curiosité l’emporta. Vaporius était composé d’un peu plus de 300 cités perdues sur un sol globalement aride. Mais la planète regorgeait de cuivre…et le cuivre, ca se monnaie bien partout.
En rencontrant l’un des Roi-Pretre de Vaporius, afin de trouver un deal pour la cuivre, nous nous sommes soumis au rituel de bienvenu et buvant l’eau de Vaporius. L’extase sublime, le parfait état de sérénité provoqué par l’eau embrasa mon esprit. Une nouvelle drogue, facilement transportable, qui peut être prise par tous, sans état dangereux…Bref, à l’extase de l’effet de l’eau de Vaporius s’ajouta l’excitation du marchand.
Mais trouver un deal avec le Pretre-Roi n’allait pas être chose facile. En effet, en paien accompli, le Pretre-Roi se proclame Dien en ses terres et ne supporte pas les missionnaires de l’Imperium installés non loin de sa cité. Par ailleurs, son eau semble être lié au Warp d’une manière que seul Magnus aurait pu nous décrire s’il s’en était donné la peine. Bref, non seulement il fallait convaincre le Pretre-Roi, mais aussi jouer serré pour faire accepter l’idée au Cercle..car pour ouvrir les négociation, il fallait le débarraser des missionnaires, et affronter les foudre de Macharius et de Magnus.
Rencontrant peu après le chef des Missionnsaire, une idée commenca à germer et éclore en plan…Je pouvais peut-être contenter tout le monde.
Lors d’un repas à Bord, je proposais mon aide au Missionnaire: locaux, nourriture, eau propre, armes et même quelques hommes…en échange de quoi, il devait déplacer sa mission. Je lui offrais de quoi améliorer les chances de sa mission et lui en retour, me donnait du temps: Vaporius n’ayant aucun réseau de communication, le Pretre-Roi ne saurait pas avant plusieurs année que je l’ai dupé. Par ailleurs, je trouvais grâce aux yeux de mon second, et auprès du missionnaire. Je compte bien aussi, dès notre retour dans l’impérium, aller donner des nouvelles des missionnaires auprès de leur Évêque sur Scintilla…cela sera l’occasion de souligner ma pieuse aide et mes vertus.
Le reste fut un jeu d’enfant: débarrassé des missionnaires, le Pretre-Roi ouvrit les négociations pour l’eau et le cuivre. Mais des éléments sont tout de même inquiétants:
- la 2nde prise d’eau a affaiblit ma détermination à tirer le meilleur parti de la situation…aussi étrange que cela soit, j’avais envi de faire plaisir à ce faux Dieu.
- Magnus s’oppose farouchement à la vente de cette eau dans l’Impérium. Est-ce uniquement pour me contrarier ou l’eau est-elle un vraie menace? Dans tous les cas, si je vends ouvertement cette eau dans l’Imperium, il ne manquera pas d’avertir l’Inquisition, même sans raison, cette histoire pourra me causer des ennuis….à moins que..ahhh..mmmoui, bien sur…

Cette histoire nous aura surement enrichit (cuivre, eau, amitié des missionnaire), mais elle a aussi entamé la confiance du cercle. Il est difficile de penser qu’ils ont si peu confiance, malgré nos divers succès depuis le début de cette entreprise…mais au moins puis-je compter sur leur obéissance, et pour certain, leur dévotion.
Mais Magnus est un problème…il a toujours douté de ma raison, et il n’a pas forcément tort: son esprit étriqué est le reflet de la pensée standard de l’impérium. En qualité de libre penseur, ma façon de voir le monde lui échappe. Il faudra tout de même qu’il se modère lorsque nous sommes en publique, ou je serais contraint de le punir par un châtiment qui servira d’exemple: un Capitaine que se laisse insulté par son équipage est un capitaine qui finira par le sas..

Cortège des Damnés

Devant le choix de la dernière destination, nous avons choisi le moins risqué. Dross semblait une planète intéressante, mais l’atterrissage promettais d’être impossible, alors nous avons choisi l’autre solution: un système simple et sans danger.
En arrivant sur place, rien d’autre qu’un système vide, hormis une force d’attraction qui emportait les objets stellaire…au travers d’un “porte” de facture Eldar suffisamment grande pour laisser le Vanquisher passer.
Bien hasardeuse, la route était claire, et il nous tardait de savoir ou cela pouvait bien nous emmener.
Une fois le portail franchi, nous nous sommes retrouvés dans un système étrange, composé d’une étoile fébrile, accompagnée de 3 lunes. L’étoile était comme entourée d’un immense anneau, d’une largeur de plusieurs unité stellaires, composée de débris et d’épaves de vaisseau. OUtre l’étrangeté de cette zone, notre inconfort augmenta lorsque nous nous rendimes compte que certains des épaves étaient des navires encore en circulation dans l’impérium… le temps semblait dessiner des chemins étranges autour de cette étoile.
Le nexus Eldar ne fut pas un problème encore une fois à trouver et exploiter. Le reste était pour le moins inattendu. Alors que nous allions nous éloigner de la zone pour prendre notre route, le maître des auspex nous interpela: un SOS. Acceptant de discuter avec ces hommes perdus dans l’espace, on nous raconta un histoire édifiante: les pauvres malheureux avaient été abandonnés pas leur Capitaine. Abandonnés durant plusieurs années à leur sort dans cet espace dangereux, les survivants s’étaient séparé en 2 catégories: les pillard et les survivalistes.
Prenant fait et cause pour les survivalistes qui ne voulaient rien d’autre que revenir au sein de l’humanité, le Vanquisher se proposa de tous les accueillir. Rien de tel pour le moral à bord que de recupérer des hommes compétent et reconnaissants qui sauront diffuser leur loyauté au sein de l’équipage.
Les 5 étapes du sauvetage ne furent pas sans danger: les “hommes creux” nous attaquèrent souvent. Mus par je ne sais exactement quoi, engoncés dans leurs combinaisons spatiales et munis d’outils de découpe de coque, ces hommes avaient un grande résistance: les tirs ne laissaient que peu de traces, et une fois défaits, la combinaison ne laissait aucun corps visible…un peu comme si des fantômes de l’espaces hantaient les épaves… Plus nous retardions notre départ, plus nous sentions la présence pesant d’une ombre malsaine autour de nous…
Sur l’insistance de Gaspard et Jonah, j’autorisai les membres du Mechanicus à essayer de récupérer un accélérateur plasmique. Macharius proposa de les accompagner avec plusieurs fusiliers afin d’assurer leur protection, ce qui me sembla tout à fait approprié. Malgré ma mauvaise impression sur cet endroit, j’ai pensé que nous pouvions profiter de l’occasion pour enrichir notre expédition.
Malheureusement, tous les essais ne peuvent pas être couronnés de succès. Alors que l’expédition de récupération se faisait attaquer par des hommes-creux, le Vanquisher devait faire face à presque un millier de ces créatures…Après une manœuvre pour éloigner les attaquant de l’expédition, j’invitai Gaspard, Jonah et Macharius à revenir immédiatement.
Frustré de revenir bredouille et en colère d’avoir perdu des hommes, Gaspard, Jonah et Macharius voulaient en découdre…Préférant partir au plus vite, je décidai de mettre le cap vers le portail…c’est là que les pillards interviennent, nous offrant notre première vrai bataille spatiale.
Mais à 3 contre un, malgré l’avis de Macharius, je décidais de prendre la fuite pour éviter de perdre plus hommes et pour sortir de cette zone qui commencait à créer des problèmes parmis l’équipage. Par ailleurs, je commençai moi aussi à flipper: la voix de septimus résonnai dans les écouteurs de mon casque spatial…..La fuite semblait la meilleur option, mais malgré le succès d ma stratégie de fuite pour semer les pillard, les Eldar sortirent de l’ombre et nous attaquèrent, nous empêchant de poursuivre dans cette direction.
Un peu fébril sur la meilleur tactique, je me fiai à l’expérience de Macharius. En 2 tirs, le vaisseau Eldar explosa sans avoir eu le temps de nous faire le moindre mal. Exaltés par cette première victoire, je laissai Macharius prendre le contrôle de la situation, et je m’en félicite encore: en à peine moins de 2 heures de combat acharné, sous les instruction du Second, un des vaisseau pillard était détruit et un autre prenait la fuite. Quand au dernier vaisseau pillard, un tir bien ajusté, orchestré de main de maitre par Macharius, permis non seulement de le mettre hors de course, mais aussi de nous en emparer sans effort, renforçant notre flotte d’un second navire!!!!
Heureux de cet exploit, nous décidions de quitter cette zone et de repasser par cet arche Eldar…
Macharius attends d’être nommé Commandeur, et j’avoue qu’il le mérite amplement: sa loyauté, son engagement, ses compétences de meneur d’homme font de lui un candidat tout désigné. mais d’un autre coté, ne plus avoir mon Second à mes coté pour soutenir mes accord de ses efforts me pousse égoïstement à essayer de trouver des alternatives acceptables pour lui.
Gaspard et Jonah me tiennent responsable de l’échec de l’expédition pour récupérer l’accélérateur plasmique. Il faudra leur faire comprendre que parfois, la volonté de bien faire ne suffit pas et qu’il y a parfois des ratés sans faute. Mais cette colère qui les habite pourra être utile si elle trouve un cible autre que ma petite personne, il suffit de trouver un catalyseur à cette colère.
Magnus devient de plus en plus taciturne…je soupçonne qu’il y a plus que cette histoire d’épée eldar confisquée. Nos année dans l’inquisition l’on marqué plus que moi visiblement et il semble un peu perdu sans un “autorité” inquisitoriale pour le guider. Du coup, j’ai le sentiment qu’il se raccroche désespérément à ses textes religieux pour trouver l’encadrement strict et dogmatique que je suis incapable de lui offrir. Il faudra sérieusement lui parler: il n’a pas l’air heureux, et ne semble pas trouver sa place à bord et cela commence à affecter mes autres officier. le Commissaire de Bord et Tobias commencent à se poser des questions…certains voudraient sa tête au bout d’une pic, mais ils ignorent ce que nous avons affronté dans le passé ensemble…

La Perle Funeste

Munis des derniers renseignements pour nous permettre de compléter la carte menant à la Perle, nous nous sommes préparés à la destination finale de notre voyage. Après un prière à l’Empereur, j’ordonnais à Cain de nous plonger dans le Warp.
A notre sortie du Warp, la Perle nous attendait: belle, magnifique, étincellante…Une sphere parfaite d’eau et d’atoles, d’une température parfaite…elle était aussi belle que dans mes rèves et nos visions…
Le hic, c’était que nous étions déjà plusieurs à être sur place, et que la tempête Warp qui retenait la Perle hors de la portée de tous commencait à peine à se lever.
Voyant les autres Libre-Marchant se précipiter, je nous lancais dans la course pour le Perle…
Mon obsession pour le Perle a bien failli nous couter très cher…jamais je n’aurais dur nous plonger dans ce enfer: outre les contrintes que le Vanquisher devait subir, les fantomes du Warp apparurent dans et hors du navire…
L’equipage, d’ordinnaire solide, a montré des signe de nervosité, de doute et pour certains de panique…Reprenant les choses en main de manière autoritaire, j’avoue avoir eu des doutes lorsque des fantomes de navire nous tranversèrent. Parfois, je revois dans mers cauchemars ces navires, prisonniers du Warp, et je me reveille en sueur, incapable de retrouver le sommeil en pensant à ce qu’ont pu devenir leur équipage.
Pourtant, l’Epereur est grand, et dans sa clémence, il nous a laissé survivre pour attérir sur la Perle.

Nous avons débarqué sur cette planète, choisissant la plus grande ile dans le but de trouver un trésor. Une fois sur le sol, il ne nous a pas fallu longtemps pour découvrir que le trésor, c’était la planete elle-même: parfaite en tout point, riche de fruit délicieux, d’un eau pure, d’un terre fertile, d’animaux fabuleux et amicaux, d’insectes chatoyants, d’un ciel azur et d’un air bienfaisant, chargé de senteur enivrantes…oui, cette planete ressemble au paradis que prometrtent le Ministrorum.
Au coeur de ce paradis, nous découvrimes des ruines Eldar, et grace à Magnus, nous compriment que la Perle est un Monde Vierge Eldar. Outre ces ruines, nous trouvames des gemmes grosses comme le point, contenant pour certaines les ames d’Eldars défunts, une épée sorcière….et des hommes!

View
Renaissance du Vanquisher.

817 année du 41eme Millénaire.

Depuis de nombreuses années, Magnus, Content Not Found: gaspard-sagrenmulher et moi sommes au service de l’Inquisiteur [inquisition] Klaus GROMBERG, Inquisiteur en qualité d’interrogateur. Durant ces années, nous avons pu nous faire un réseau de contact et avons mené différentes mission pour le compte de l’inquisition. Parallèlement à ces missions, je continuais à rechercher activement le VANQUISHER tant pour venger la mort de Septimus GREGOR que pour récupérer la Lettre de Marque de libre-marchand.

Il y a peu , Magnus et moi avons été appelés à nous présenter sur Port-l’Errance sur ordre de l’inquisiteur Gromberg. Accueilli sur place par ce dernier et par Content Not Found: gaspard-sagrenmulher, il nous apprend qu’un signal de détresse en provenance du VANQUISHER a été détecté dans le secteur de l’Hécatombe. Situé aux limites du secteur CALIXIS, à l’entrée des Etendues de KORONUS, coincé dans la Gueule, l’Hécatombe est une vaste étendue de navires et sondes échouées depuis des milliers d’années, par la suite d’une probable guerre dont nous ne savons pas grand chose.
D’après les informations de l’inquisiteur Gromberg, ce signal de détresse est révélateur: quelque chose a du se passer à bord du VANQUISHER qui a contraint [rogue trader] Rémus DARGOUGE à faire cet appel, et connaissant la réputation du personnage, cela devait être grave.
Notre mission est simple: mettre aux fers [rogue trader] Rémus DARGOUGE et revendiquer le VANQUISHER. L’inquisiteur nous apporte son soutient dans cette entreprise, mais cela aura un cout…
Grâce aux contacts de l’Inquisiteur, nous sommes pris à bord du Sovereign Venture, un croiseur lourd appartenant à la famille TRASK, une longue dynastie de Libre-Marchand. A bord, nous embarquons le personnel minimum pour remettre en fonction le VANQUISHER et le manœuvrer : il est évident pour nous que l’équipage actuel doit être passé par les armes. Pour cette entreprise, l’Inquisiteur nous adjoint un Archmilitant de premier ordre ([[ :macharius-prime]]) ainsi qu’un explorateur ([[ :jonah-vix]]).

Le voyage à travers le Warp jusqu’à l’Hécatombe se fait sans incident. Une fois sur place, nous n’avons aucun mal à repérer le VANQUISHER qui erre permis les autres débris. D’après les détectaugures, l’énergie du VANQUISHER est faible et il a subit de nombreux dommages que l’on attribue aux collisions avec les débris. Bien que le signal soit faible, nous pensons que le vaisseau a pus maintenir certaines de ses fonction vitales, mais Magnus nous révèle qu’il ne sent la présence d’aucune vie à bord. Pire encore, le navire semble résonner de milliers de voix qui sont maintenant mortes. Les reserves d’énergie du VANQUISHER ne lui permettent pas de tirer et nous optons donc pour une approche avec la Murenne. Nous remarquons cependant que le Champs de Geller est en état de fonctionnement mais qu’il subit des variation irrégulières et anormales.
Malgré le soutient de l’inquisiteur, le capitaine du Sovereign Venturene nous accorde pas d’effectif pour l’abordage.

L’approche se fait sans encombre et malgré les débris (dont certains se révèlent d’une grande valeur), nous arrivons à accoster à proximité de la passerelle de commandement. Premier à monter à bord, je revendique le VANQUISHER, conformément aux usages. A l’intérieur, le navire est poussiéreux et la mort repend sont odeur méphitique partout autour de nous. Rien n’est en vie et nous sentons le poids des milliers d’âmes errant dans le navire…Nous croisons de nombreux cadavres, desséchés par le vide intersidéral…Quelqu’un a purgé le navire d’un seul coup de toute son atmosphère, déciment la totalité de l’équipage, uni dans un même cri d’agonie.

Nous arrivons enfin sur la passerelle pour constater qu’ici, comme ailleurs, tout le monde est mort. Sur le trône du Seigneur-Capitaine, siège les restes du navigateur et à ses pieds, le git le cadavre desséché de DARGOUGE. Une mort atroce avait finalement emporté cet hérétique… Septimus était enfin vengé et l’Empereur dans sa grandeur m’avait épargné de ma salir les mains de son sang.

Alors que nous nous approchons pour en savoir plus sur ce qui était advenu, la couronne du navigateur se met à luire d’une étrange lueur. d’un coup, le cadavre se redresse et ouvre sur nous sont troisième œil, brillant d’un éclat écarlate. Surpris, nous tirons de concert sur le Navigateur qui avec un bolter, qui avec une arme à plasma, sans parvenir à lui faire le moindre dommage. la couronne du Navigateur semble être la source du pouvoir qui anime le cadavre et alors que nous nous faisons cette réflexion, des arcs d’énergie sortent de cette couronne maudite et frappe les cadavres de l’équipage qui se met à revivre sous une forme qui n’avait rien de naturelle. presque submergés par le foule des morts, nous fuyons la passerelle sur les conseils de Jonah qui nous livre sa théorie: le Champs de Geller qui est sensé sécuriser le navire contre les incursions du Warp devrait nous permettre de diminuer le pouvoir de la couronne. Mais pour réparer le générateur Warp, il nous faudra aller à le rencontre de l’esprit de la machine.

Nous nous dirigeons donc vers la salle des générateurs, détruisant autant de morts (réanimés ou non) que nous pouvons. Gaspard et Jonah ont une longue conversation avec l’esprit du VANQUISHER au terme de laquelle le générateur Warp est réactivé. A cet instant, les morts réanimés tombent au sol, immobiles. Jonah avait raison et nous repartons vers la passerelle.

Là-bas, le Navigateur nous attendait toujours, avec quelques morts encore animés. faisant usage d’autant de force de frappe que nous pouvons, nous vison le Navigateur qui s’écroule au sol laissant sa couronne rouler au sol dans un tintement malsain.

Sécurisant le lieu en enfermant la couronne dans la chambre de stase, nous faisons embarquer notre équipage pour remettre le navire en état…le VANQUISHER avait un nouveau maître et un nouvel équipage.

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.