Starship Trooper

“Mieux vaut mourir aujourd’hui au service de l’Empereur, que vivre éternellement pour soi”
Inquisiteur Cortexus

Starship trooper

Un ancien capitaine, devenu renégat, Rémus Dargouge, venait d’être localisé. Du moins son vaisseau, le Vanquisher. Une opportunité de mettre la main sur cet hérétique autant que de le priver se des ressources… Voilà donc notre petite équipe chargée d’aller investir son navire, flottant comme abandonné au milieu de l’espace. Livrés à nous-mêmes dans les allées désertes du monstre d’acier, je subodorais très vite une influence néfaste et je ne fus pas détrompé par notre découverte du capitaine Dargouge mort, et son navigateur corrompu jusqu’à la moëlle par une couronne qui avait fait de lui et de son navire un repaire sinistre de puissances chaotiques et de morts animés. Il nous fallut néanmoins batailler contre un esprit déformé mais attaché à ses anciennes prérogatives pour qu’Audric Smyr puisse s’empresser de clamer que le Vanquisher était désormais sien et qu’il s’attribuait le rôle de capitaine… toujours motivé par sa quête de richesse et d’illusoires reconnaissance. Reste qu’il a aidé à chasser le mal du Vanquisher, il faut le lui reconnaître.

Au cours des semaines qui suivirent, j’appris que la très Sainte et Vénérable Inquisition me détachait aux côtés du nouveau capitaine, avec Gaspard Sagrenmüller, que je n’avais pas revu depuis longtemps. Si j’avais passé des années à me dévouer à l’Empereur , à l’Inquisition et à la traque de ses ennemis, lui avait poursuivi ses recherches parmi ses confrères, modifiant plus encore son corps.
Sans abandonner mes prérogatives au sein de l’Inquisition, j’en devenais le bras armé à bord du Vanquisher, pour la plus grande gloire de notre vénéré Empereur. J’espérais que le temps avait fait de Smyrr un plus grand dévôt mais j’en fus pour mes frais, ses tractations finies avec l’Adeptus Mechanicus et nos maîtres de la Vénérée Inquisition, il s’empressa de ne faire de son vaisseau (qu’il ne prit même pas la peine de rebaptiser pour en chasser plus encore toute empreinte maléfique) qu’un instrument d’enrichissement supplémentaire.

Résolu pour ma part à accomplir cette nouvelle mission aussi bien que possible je décidai de le laisser jouer au capitaine pour peu qu’il ne m’ennuie guère.
Rapidement, la nouvelle, transmise par notre nouveau sénéchal d’une possibilité de découverte de la mystérieuse perle funeste (supposément une planète abritant un vaste trésor) mit le Vanquisher sur la route de la station spatiale de Castel et ses décadents habitants. Là, devait se tenir une divination importante susceptible de nous mettre sur la voie de cette sybilline perle. Au fil de rencontres avec des locaux passablement corrompus et des capitaines concurrents, nous parvinrent à assister à cette divination, troquant une information contre la couronne maudite qui avait corrompu Dargouge et son navire… (pas sûr qu’elle soit tombée entre de très bonnes mains) mais nous avions désormais une piste pour retrouver cette mystérieuse perle. Ainsi que des concurrents motivés et nombreux.

Hitch Hiker’s Guide to the Galaxy

Suivant les indications mystérieuses (et après avoir pu observer le talent du capitaine pour régler une mutinerie par un joli bain de sang), notre première étage nous conduit à une étrange construction d’origine xénos. Une tour élancée érigée en un matériau étrange probablement d’origine eldar : la moëlle spectrale et qui donne à la construction entière une résonance dans l’Immaterium. C’est aussi la rencontre avec nos brutaux concurrents, un imbécile vindicatif du nom de Fekward qu’une caresse débilitante de ma part à tôt fait d’immobiliser avant que Maccharius n’achève de le réduire en charpie. Résolu à arriver au plus vite au sommet je m’élance quand un autre prétendant, Bastille, vieux capitaine à la raideur imbécile qui tire avant de comprendre qu’il y a au somment quelque chose qui nécessite peut-être une alliance.
Smyrr me reprochera ensuite d’avoir grimpé sans attendre mais c’est peut-être ce qui nous donna les instants nécessaires à rassembler nos forces.

Car au sommet de la tour des eldars drapés d’énergie psychique se livraient à un rituel pour déplacer la tour vers l’Immaterium et il faudra les forces conjuguées de plusieurs de nos hommes et l’intervention d’un autre capitaine Charlabelle pour nous aider et venir à bout des puissants guerriers xenos. Et tout le monde de repartir avec un nouvel indice et moi, une épée eldar qui semble entrer en résonance avec les êtres doués de pouvoirs psychiques. Ce dont le capitaine aura tôt fait de se rendre compte après avoir tâché de s’en saisir.
Peut-être la question d’une alliance préalable eut-elle mérité d’être creusé, ce que Smyrr ne semble pas privilégier…même si je suis sûr qu’il nous faudra finir y venir.

Croyant exercer une quelconque punition à on égard,mais essayant plutôt désespérément de se prouver et de se trouver une once d’autorité, Smyrr s’est aussi mis en tête de me priver de l’accès à la lame eldar. Personnellement, je m’en moque, si ce n’est que dans la recherche d’efficacité contre nos ennemis, elle constitue un atout bienvenu entre mes mains. Qu’il continue à essayer d’user de coercition en traitant son équipage et ses compagnons d’armes comme des larbins et je pourrai le priver de bien d’autres de mes talents…
Par ailleurs, dans la mesure, où plus les indices s’accumulent plus j’ai l’impression que la perle funeste est liée au peuple eldar, je pense qu’il serait de bon aloi d’en apprendre le plus possible sur eux en vue d’une prochaine rencontre. J’ai donc entrepris de parfaire mes connaissances sur ce peuple quand bien même d’autres trouveraient à y redire, je sais qu’il est de la volonté de l’Empereur que nous triomphions, fut-ce en retournant les armes de nos ennemis contre eux, ce que je n’entends pas me priver de faire.

La prochaine étape nos mène sur une planète ravagée par des années de guerre entre des factions retranchées au coeur de villes mobiles. Même si nous avons tôt fait de retrouver les informations qui nous intéressent, la découverte d’un T-hawk crashé révélant des informations plus qu’intéressantes sur des échanges entre ce qui paraît être des membres de l’Heretech et certaines des cités.

En prenant contact, il s’avère que ces pauvres hères vivent bien loin de la lumière de l’Empereur combattant pour une planète morte dans un vain espoir de suprématie. mais puisqu’ils maîtrisent des technologies intéressantes pour le navire, décision est prise d’un troc avec eux. Les rebelles leurs sont livrés en échange de certaines connaissances… et la promesse de davantage si possible. Dommage que nous ne leur ayons pas laissé quelques missionnaires en plus pour les ramener dans la lumière bénéfique de notre Tout-Puissant Empereur.

Réforme des retraites, Smyrr style

Et nous voilà repartis pour une nouvelle étape, cette fois c’est un petit astéroïde investi par les Eldars il y a de cela longtemps qui est notre destination. Vite exploré et vite chargés des informations découvertes, nous nous apprêtons à repartir quand le Vanquisher détecte la présence d’un gigantesque vaisseau caché dans la ceinture d’astéroïde. Il s’agit visiblement d’une épave de croiseur impérial très ancien mais aussi en très mauvais état. A le demande du capitaine, une mission d’exploration est mise en place qui nous permet d’entrer en contact avec ce qui semble être le maître du navire : Draken Rot, un légendaire capitaine. Après quelques erances dans les coursives détruites du géant, il s’avère que ne vivent en son sein que quelques tribus dégénérées, descendantes probables des occupants originels, ce que confirme le capitaine… Avant d’émettre une demande : en échange de l’accès à des soutes riches de trésors, il demande que soient réactivées les machines de son navire pour l’emporter, avec ses habitants, dans un dernier voyage.

Acceptant du bout des lèvres, Smyrr (lequel n’a déjà pas manqué de se clamer propriétaire d’un navire possédant encore un capitaine et ne rêve que d’une chose : s’accaparer le Light of Terra) demande à ce que le nécessaire soit fait, fait monter Gaspard et sa clique pour réactiver les circuits nécessaires après tractations avec des tribus agressives ou respectueuses tout en s’arrangeant pour identifier la localisation des soutes avant de faire face à sa décision de trahir Rot en allant bredouiller une justification baveuse dont il devra, j’en suis sûr répondre un jour devant l’Empereur. Le tout avant de finir par se montrer incapable d’achever lui-même le grand homme qu’il a trahi, le privant d’un accomplissement que lui autant que le Light of Terra, vétérans de la Croisade de Saint Drusus, loué soit-il, auraient largement mérité. Je le trouve bien prompt et bien audacieux de se croire autorisé à décider de priver ce héros d’un repos mérité. L’inconscient ne réalise sans doute pas quel effort cela a du être pour le capitaine de garder le cap au milieu des vents du Warp, de ses tentations et de ses dangers. Pas plus qu’il ne comprend ce que peut signifier la dévotion à un idéal autre que la cupidité éternelle. Puisse-t-il n’avoir jamais à en faire l’expérience lui dont la volonté chancelle si facilement… Et puisse Saint Drusus le Juste lui accorder son pardon pour la vilenie et la souillure que cet acte laissera sur sa conscience et la mémoire de la dynastie qu’il prétend fonder.

Starship Trooper

Rogue Trader "Vanquisher" bailleulgauthier M4sk